Art et culture

Un soir au théâtre Beaux Arts- Tabard

Vendredi 30 novembre à 20h30 le Comité de quartier propose une soirée au théâtre pour découvrir la pièce de Samuel Benchetrit "Comédie sur un quai de gare". Inscription andre.moutot@wanadoo.fr ou 0687485866 (entrée au prix spécial Comité = 10€) - Théâtre 17 rue Ferdinand Fabre.

 

Pour les amateurs, un  dîner continuera la soirée.

 

Sur un quai, trois individus attendent un train qui a du retard. Ils ne se connaissent pas, c'est la nuit. Il fait bon et la fille est plutôt jolie. les deux hommes s'inquiètent alors de son avenir...

 

Sur le ton de la comédie, sans avoir l’air d’y toucher, Samuel Benchetrit nous livre une très belle partition, sensible, un poil décalée, drôle et tendre, un peu triste aussi, comme le jour qui s’achève. Avec détachement, il parle de l’enfance qu’il faut quitter un jour et de l’amour qui commence. Du train qui est en marche. C’est léger comme une bulle et profond comme la mer. Et sans crier gare, il nous livre un secret : ne rien prendre au sérieux (rien n’est grave, même la mort), tout prendre à cœur.

PICASSO - DONNER À VOIR

 

Une visite commentée par Marie Gaillard et organisée par le Comité de quartier a eu lieu Mardi 3 juillet 2018. Une belle découverte de Picasso et de  l'évolution de son œuvre au cours des années jalonnées de rencontres essentielles.

 

 

Le mystère de l’œuvre de Picasso tient dans le mouvement continu de ses métamorphoses. Il est l’artiste prolifique dont l’écriture est reconnaissable entre toutes et pourtant insaisissable.

Picasso.Donner à voir présente, pour la première fois à Montpellier, un panorama de l’œuvre de Picasso, s’articulant autour des années charnières au cours desquelles il remet en jeu son vocabulaire, invente de nouveaux procédés, codifie un style nouveau.


De 1895 à 1972, ce sont 14 dates clés qui sont retenues, des moments d’intense créativité que l’exposition livre comme une photographie de la métamorphose à l’œuvre. De sa formation à Barcelone à sa découverte de la modernité parisienne qui prélude à la naissance de la période bleue. Des expérimentations radicales nourries par la découverte de l’art primitif à la révolution cubiste.

Domaine d'Ô saison d'hiver 2018-2019

 

La programmation de cette année, toujours composée à plusieurs mains telle une symphonie, embrasse des thèmes forts : la place une mère dans la vie intime de chacun, la question de l’identité, la notion de risque ou la construction européenne.
Le théâtre, le cirque, la musique et le ciné-spectacle, formes d’expression artistiques éclectiques, illustrent la saison 18-19. Le nouvel ancrage dans la Métropole de Montpellier et l’appartenance à un réseau culturel
sur le territoire prend forme, en partenariat avec l’Agora du Crès autour de la magie nouvelle, et en co-accueil avec le Théâtre Jean Vilar sur le diptyque Iliade et Odyssée. Le domaine d’O devient également une passerelle pour la formation
professionnelle dans le monde des arts, assure une mission d’intérêt général en lien avec les établissements de la ville, à statut public ou privé. Les premiers jalons sont posés, en préfiguration d’une pépinière d’artistes,
le trait d’union entre les différents acteurs culturels est esquissé. Enfin, le domaine d’O ajoute à Saperlipopette et Les Nuits d’O, La Métropole fait son cinéma et La Métropole fait son cirque présents dans les quartiers et les villages.
Une nouvelle saison qui rayonne dans le théâtre Jean-Claude Carrière, dans la pinède du domaine et sur les chemins des communes !

 

Valérie Daveneau
Directrice générale
du domaine d’O par intérim   

et l’équipe du domaine d’O

 

https://fr.calameo.com/read/0043722271fc3bd6ba15a

 

 

Soirée au théâtre

 

Dimanche 13 mai à 18h00

 

Théâtre "Un bateau pour la France"

Une femme se souvient de son père. Smheun, ce héros, ce prévoyant, ce rusé, ce têtu, ce mystère...

Rabat 1943. Interdiction aux juifs d’étudier. C’est le Numerus Clausus. Smheun apprend les mathématiques et la physique, en cachette, pour devenir professeur au lycée français de Marrakech. Il résiste. - Marrakech 1981. Smheun, ce prévoyant, et sa femme Sultana quittent le Maroc pour que leur fille étudie en France.. Elle est jeune et surtout... elle est vierge. Mais comment faire ? L’argent, les papiers ? Smeuhn résiste. "On émigre clandestinement. On ne sera pas les premiers et sûrement pas les derniers!". Montpellier 1990., Smeuh, est français, mais reste opiniâtrement décalé, à jamais Marocain.. S’intégrer ? On y travaille... "Et moi je compte pour des prunes ???- Mais non Sultana, on va aussi parler de toi !"

 

 Un récit de vie où avec humour et tendresse la petite histoire rejoint l’Histoire. Une véritable performance d’actrice : Marie Vidal-Abitbol, avec malice, gravité et jubilation campe une dizaine de personnages, du père bien sûr, à l’incontournable mère jusqu’au douanier et au doyen de la faculté de pharmacie... Sans temps morts, on remonte volontiers les années entre situations irrésistibles et moments suspendus pour revenir dans un présent dense et apaisé.

Printemps des Poètes 2018

Retrouvez toutes les photographies du Printemps des Poètes 2018 ici

"Ici et maintenant, les friches" Expo Valérie Prats

Le bar à vins Les Tanins d'Abord est ravi d'exposer "Ici et maintenant, les friches", de Valérie Prats. Diplômée de l’École Supérieure Nationale des Beaux Arts de Paris, le peintre confronte à travers ses représentations de friches urbaines une pratique artistique traditionnelle à une vision contemporaine du monde.

Jusqu'au 9 mars 2018 Rue Roucher, Montpellier

 

Valérie Prats

Soirée au théâtre et repas convivial

Camille et Simon fêtent leur divorce ! C'était la Soirée au théâtre Tabart le dimanche 8 octobre  suivi d’un repas. Camille et Simon ont eu la joie de nous faire part de leur divorce ! Ils ont donné une réception avec traiteur et orchestre pour célébrer leur séparation. Parents et amis étaient là pour immortaliser l’évènement. Un moment truculent sur un rythme endiablé, et de la finesse en prime ! Un repas a clôturé cette soirée au restaurant Le Puja.

Soirée au théâtre avec Ruy Blas et la Compagnie des 2 lunes

Maryan Liver - metteur en scène et comédienne
Maryan Liver - metteur en scène et comédienne

14 mai 2017 - Belle soirée au théâtre Pierre Tabard autour de Ruy Blas, pièce magnifiquement revisitée, servie par une mise en scène et des lumières somptueuses et des comédiens formidables.

C’est l’ascension sociale et politique d’un homme du peuple mêlé à des quiproquos qu’il ne maîtrise pas du tout. En s’inscrivant comme le théâtre des passions, Hugo interroge la condition humaine et condamne la pensée unique.

 

Selon la tradition, la soirée s'est terminée par le partage d'un repas au restaurant Mauricien le Puja.

 

 Nouvelle création de la Compagnie des 2 lunesmise en scène de Maryan Liver

 avec Joël Abadie, Thomas Bousquet, Jacques Rebouillat, Caroline Prian

 

Printemps des Poètes 2017

Mars a donné lieu à un évènement particulier dans le quartier st Roch. Il s'est agit du  Pavoisement poétique de plusieurs rues de l’Écusson.


Le 7 mars, une déambulation poétique avec la Compagnie Nech et participation de l’école Lamartine a été suivie de Lectures sur le square Bagouet jusqu'à 16heures en présence du poète Christian Malaplate.

 

 Programme complet du Printemps

 

Ce 19e Printemps des poètes invite à explorer le continent largement et injustement méconnu de la poésie africaine francophone. Si les voix majeures de Senghor, U Tam'si ou Kateb Yacine par exemple, ont trouvé ici l'écho qu'elles méritent, tout ou presque reste à découvrir de l'intense production poétique africaine, notamment celle, subsaharienne, qui caractérisée par une oralité native, tributaire de la tradition des griots et nourrie par ailleurs des poésies d'Europe, offre des chemins neufs sur les terres du poème.

Parole libérée, rythmes imprévus, puissance des symboles et persistance du mythe: écoutons le chant multiple des Afriques , du Nord et du Sud.
Il va de soi que cette exploration ne peut ignorer les voix au-delà du continent africain, des Antilles à la Guyane, de Madagascar à Mayotte ...

Télécharger
programme du PP17 MPJJweb.pdf
Document Adobe Acrobat 926.5 KB

Théâtre tabard : Comédiens

Théâtre TABARD  - 13 novembre 2016 18h –  prix spécial Comité : 12€ - La Compagnie des pièces rapportées présente "Comédiens"

 

Après deux ans de succès à Paris, découvrez ce docu-fiction jubilatoire sur l'écosystème théâtral, nominé aux P'tits Molières 2016 ! Cinq jeunes prêts à tout pour monter sur les planches nous entraînent à un rythme endiablé dans leurs aventures qui les mèneront jusqu’en Avignon…Ils apprennent à respirer par le ventre, ils font des rencontres improbables, ils ont le trac de la première, ils s’aiment pour toujours, ils se disputent, ils en font trop, ils veulent mourir sur scène, ils ont le trac de la dernière, et sans cesse ils se demandent si le jeu en vaut la chandelle…

 

        Interprète(s) : Marion Arlès, François Bérard, Marjorie Ciccone, Théo Dusoulié, Cécile Elias, Jean-François Germain, Olivier Troyon - Co-Direction : Léo Daguet - Lumières : Manuel Leroueil, Félicien Courbie

 

Musique des mots

 

Soirée poétique organisée par le comité de quartier St Roch Écusson à l'initiative de Raphaël Segura, artiste peintre et poète. La musique des mots y était à l'honneur avec une palette de poètes et de chanteurs dans un très original endroit de l’Écusson, le café Bacchus, à Montpellier.  

 

On a écouté les textes de Jacques Guigou, les traces de lumière de Christian Malaplate, Jean Joubert et quelques lettres poétiques de Raphaël Ségura. Jean Marie Quiesse a évoqué les chants de la mer  à travers ses chansons  et  les créations d' Yves Daunès ont remporté un grand succès.  

Vendredi 14 octobre 2016

 

Internationales de la Guitare 2016

 

 

Les Internationales de la Guitare se sont tenues du 24 septembre au 15 octobre 2016.

 

Le 1er octobre un concert gratuit a été donné dans l'Ecusson à la Maison de Heidelberg 4 rue des Trésoriers de la Bourse.

 

11h30 : Concert gratuit de Jean Baptiste Marino

 

20 ans que Jean Baptiste Marino, guitariste français d'origine sicilienne perfectionne ses compas, accompagne des chanteurs de renoms, participe au projet Jaleo de Louis Winsberg et compose même des bandes originales pour le cinéma et le théâtre. Pour son concert à la Maison de Heidelberg, dans le cadre de la semaine allemande, Jean Baptiste Marino proposera une rencontre entre l'œuvre du compositeur allemand Jean Sebastien Bach, et son propre univers flamenco. Il s’agit de célébrer la rencontre de deux genres, la rencontre de deux pays, et illustrer la rencontre entre la Maison de Heidelberg et les Internationales de la Guitare.

 

C'est la deuxième fois que la Maison de Heidelberg, rue des Trésoriers de la Bourse, accueille les 24h des IG dans le splendide Hôtel Particulier des Trésoriers de la Bourse.

 

Le concert a été suivi d'un verre de l'amitié offert par le Comité de Quartier Saint Roch Ecusson.

 

Exposition Bazille - Visite commentée

Vendredi 1er juillet s'est déroulée une visite commentée par Marie Gaillard de la toute nouvelle exposition du musée Fabre. Frédéric Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme .

 

De nombreux adhérents (es) s'étaient déplacés pour cette séance unique d'initiation à la peinture de Bazille malheureusement mort au champ d'honneur à 28 ans.

8 avril 2016 – La soirée Théâtre

 

19h : Le Silence de la mer : en pleine Seconde Guerre mondiale, un homme et sa nièce se voient forcés d’accueillir chez eux un officier allemand. A défaut de s’y opposer et pour ne pas non plus être accusés de collaborer, ils prennent le parti de s’emmurer dans le silence, de faire comme si l’étranger n’était pas là. (De Vercors
Mise en scène : Gilbert Ponté Avec Joël Abadie, Marion Petit Pauby et jacques Rebouillat)

 

21 h : N'être pas né : Un joyau de jonglerie verbale et de pensée joyeuse sur les affres de la toute petite enfance et ses conséquences sur le développement de la personnalité. Ce solo explore cette zone d'indétermination entre le comique et le tragique, qui rend le rire d'autant plus puissant qu'il est toujours entremêlé d'une sourde mélancolie. (De Yves Cusset Lauréat dans la catégorie "humour" de la sélection du Avignon-Off 2014).

Printemps de la rue Roucher, printemps des poètes 2016

« Les dieux préfèrent au guerrier les amis de la paix, et l’olive au laurier »

 

Jean-Antoine Roucher

 

La rue Roucher porte le nom d’un poète célèbre né à Montpellier, précurseur des romantiques et auteur d’un poème très prisé à l’époque intitulé « les mois ». C’est pour mettre en valeur cette voie,  Jean-Antoine Roucher, mais aussi la poésie contemporaine,  que le Comité de quartier st Roch-Ecusson, la Maison de la Poésie, l’école Lamartine et les artisans créateurs ont organisé une activité  publique autour du Printemps des poètes, le mercredi 9 mars 2016. A cette occasion, la rue Roucher a été spécialement fleurie par la Ville. Hommage a aussi été rendu à Jean Joubert, grand ami du Comité de quartier.

 

Dès 10h le matin les enfants du CE2 de l'école Lamartine ont crayonné nombre de poèmes dans la rue tandis que l'artiste Raphaël Segura étalait ses pochoirs. A 11h ce fut une magnifique "clameur" poussée par les enfants sous la direction de Audrey Oliveras, moment de grande émotion et de joie profonde pour tous. Après le "Banquet des poètes" une scène libre s'est déroulée dans l'atelier du peintre avant la réalisation de deux lectures  faites par Béatrice Samson et Janie Garcia dans des bars du quartier.

 

Cette manifestation fête le renouveau de la rue Roucher. Elle fut, à l’époque médiévale, un lieu populaire très animé. En effet, s’y ouvrait la porte « Vaccaria ».  Placée entre la très commerçante rue st Guilhem et la rue de la Fontaine cette rue est aujourd’hui de plus en plus prisée par les artistes et les créateurs. Conséquence positive de la piétonnisation du Boulevard du Jeu de Paume avec, bientôt,  une station de tramway très proche, on y constate  une progression d’un flux de piétons.

 

L’animation est organisée par le Comité de quartier st Roch-Ecusson en partenariat avec l’école Lamartine, la maison de la Poésie, les commerçants de la rue Roucher, avec le soutien de l’Assemblée Nationale, du Conseil départemental et la Ville de Montpellier.

 

Les Etrusques en toutes lettres

La très suivie visite au musée Henri Prades nous a fait découvrir la très belle civilisation Etrusque. A travers quelques objets rares, exceptionnellement rassemblés à lattes, port Etrusque, Marie Gaillard nous a permis de toucher le mystère de cette culture et de ce peuple très civilisé qui savait parfaitement maîtriser son espace de vie, dans la proximité mais aussi le lointain avec ses comptoirs et ses cités-états. Organiser l'espace, les astres, le monde, les dieux, les hommes, le temps, selon des règles solides et immuables que dévoile la littérature sacrée et qui rendent compte de la structure de l'univers semble avoir été une de leur préoccupations majeures. (20 février 2016)

Hommage à Jean Joubert par Raphaël Segura

La maison est orpheline. Dans le grand bureau les livres attendront vainement que le maître vienne choisir l'un d'eux et que s'envolent les phrases par la voix du poète. La cuisine ne respirera plus les bonnes odeurs des plats que mitonnait la maîtresse de maison. Qui arrosera le petit jardin ?Qui arrachera les herbes folles? Qui va ouvrir et fermer les volets ?
La vieille maison n'a pas su le terrible combat qui s'était joué sur la colline dans la pinède proche. Il ne restait à Jean qu'une faible respiration et de simples mouvements de ses mains. Se sentait-il au bord du précipice ? Jamais nous ne le saurons.
La camarde féroce et patiente avait fait un siège insidieux. Trop longtemps prisonnier d'un corps immobile, silencieux Don Quichotte, il a quitté lentement notre monde pour rentrer dans ce néant au mufle noir dont il parlait beaucoup dans ses derniers poèmes et dans cet hommage à son ami Yves Rouquette, que je vais vous lire, pour lui laisser le dernier mot :
Pour le départ, tu refusais le feu;
tu as choisis la terre maternelle
dans l'attente - qui sait ? -
de quelque envol de l'âme ou de l'esprit
vers l'au-delà rêvé d'une claire innocence.
J'aimerais t'y rejoindre, au jour dit,
et marcher à nouveau près de toi
dans l'éternel printemps de garrigues célestes.
Raphaël Ségura  le 2 décembre  2015

J'AI ASSISTÉ À LA DÉPOSE DE L'URNE AU CIMETIÈRE DE GUZARGUES CELA M'A INSPIRÉ CE TEXTE :

 

CORTEGE

Vous les vivants n'effacez pas trop vite les vies qui s'achèvent.

 

Bien que ce fut ta volonté, dans cette niche presque anonyme adossée au mur du petit cimetière, Jean, comment t'imaginer ? 

Comment te retrouver dans cette urne d'un blanc immaculé avec comme dernière compagne pour tes pauvres cendres une rose rouge comme tu as tant chanté ?

 

j'aurais voulu pour toi une haute voute où pour te réchauffer auraient résonné les mots de l'amitié.

Quatre compagnons t'auraient porté, le plus lourd n'aurait pas été le poids de ton cercueil sur leurs épaules mais leur cœur de plomb et tous tes poèmes dans leur tête.

 

Comme avant dans les villages, de ta maison au cimetière, nous t'aurions fait cortège au pas lent d'un couple de chevaux à la robe noire tirant le corbillard empanaché,  alors tel un murmure à capela, il n'y aurait eu que le bruit amorti de nos pas rythmé par les sabots des chevaux. 

Je veux croire que, pour te rendre hommage, les oiseaux eux même auraient fait silence , 

 

Un peu comme à Ornant, mais sans prêtre et sans croix, nous t'aurions entouré, pour te réchauffer, juste avant la première pelleté, et jusqu'à la dernière nous serions resté.

Raphael SÉGURA
6 rue puits du Temple
34 000 Montpellier 
O6 88 31 27 51 
sraja@orange.fr
www.raphaelsegura.com

Disparition de Jean Joubert

"La mort ne reprend que cette chair mortelle 
et non la poésie"(Louis Aragon)

Jean Joubert s'est éteint  samedi 28 novembre. Grand écrivain et poète, Président de la Maison de la poésie, c'est en novembre 2013 qu'il avait animé une soirée poétique en notre compagnie, celles de Raphaël Ségura et Ariane Loeb. Il était l'ami du Comité de Quartier st Roch-Ecusson.

 

DISPARITION D’UN GRAND POÈTE

Il scrutait la nuit pour guetter la « grâce du petit jour »

 

C’est avec une immense tristesse que nous apprenons la mort de notre grand ami le poète Jean Joubert. Il nous a quittés ce 28 novembre 2015, il avait 87 ans. Sa vitalité et sa jeunesse d’esprit nous accompagnaient depuis la naissance de notre maison d’édition. Nous étions heureux et fiers qu’il nous ait confié la publication de son dernier recueil de poèmes en avril 2014, L’Alphabet des ombres. Ce livre a été couronné par le Prix Kowalski, le grand prix de poésie de la Ville de Lyon 2014. Au cours de sa longue et brillante carrière littéraire, Jean était un habitué des prix littéraires : il avait notamment reçu le Prix Renaudot en 1975 pour son roman L’Homme de sable.

 

Il vivait dans la région de Montpellier et présidait aux destinées de la Maison de la poésie de cette ville avec passion. Né dans le Loiret, ce professeur de littérature américaine, qui avait voyagé partout dans le monde, avait trouvé un port d’attache et d’écriture en ce pays de garrigues. Il est l’auteur de recueils de nouvelles, de romans, de contes, de livres pour la jeunesse, dont Les Enfants de Noé (L’École des Loisirs, 1987) qui lui valut un très grand succès, sans oublier des recueils de poèmes, comme Les Lignes de la main (Seghers, 1955) ou l’Anthologie personnelle (Actes Sud) en 1997. Nous perdons plus qu’un ami, un père qui considérait que nous étions un peu sa maison. Sa poésie d’une étonnante puissance onirique était traversée de lumière et de fulgurances. Son regard perçant jamais ne cessa de scruter la nuit pour capter « la grâce du petit jour ». Il nous manque et nous manquera terriblement. Heureusement, comme il l’écrivait, « la frontière est poreuse entre les morts et les vivants ».

 

Bruno Doucey

 

EXTRAIT

Et moi, vieux poète, déjà au bord du sombre fleuve,

me voici sous ma lampe, dans cette grange – mon atelier –

où jadis, me dit-on, vécurent la mule, le cochon

et la volaille,

me voici donc dans cette désormais caverne de livres

à démêler dans la nuit les lourdes mèches de la mémoire.

Derrière la fenêtre, l’ombre écrase le jardin.

Au loin, sur les collines, un orage rôde et grogne

Et des éclairs clignent de l’œil entre les rideaux.

Je sais que la frontière est poreuse entre les vivants

et les morts

et qu’il suffit de fermer les yeux et de penser à eux

très fort

pour qu’ils s’arrachent de leurs tanières de racines.

 

 

Éditions Bruno Doucey, 67, rue de Reuilly, 75012 Paris www.editions-brunodoucey.com

Relations presse : Murielle Szac presse@editions-brunodoucey.com/06 83 30 33 88

L'age d'or de la peinture à Naples

 

En compagnie de Marie Gaillard cette visite a eu lieu le Vendredi 9 octobre 2015 au Musée Fabre, de Montpellier

 

Au XVIIe  siècle, la ville, sous domination espagnole, connut une formidable éclosion de peintres, sur fond d’éruption du Vésuve et d’épidémie de peste. Naples est alors une des cités les plus peuplées et actives d’Europe.

 

Depuis l’arrivée de Caravage en 1606 jusqu’au triomphe de Solimena peu avant 1700, la peinture napolitaine évolua entre un naturalisme expressionniste et tragique et un goût baroque et sensuel pour la couleur et le mouvement. Sujets religieux, mythologiques, batailles, natures mortes, paysages témoignent de la fertilité et de l’imagination des peintres napolitains dont les plus importants seront à découvrir durant l’été 2015 (Caracciolo, Ribera, Stanzione, Guarino, Cavallino, Giordano, Recco, Solimena, etc).

 

L’exposition reviendra sur les liens entre l’art et l’histoire mouvementée de Naples, de l’éruption du Vésuve en 1631 à la peste de 1656, en passant par la révolte de Masaniello en 1647. À travers de nombreux prêts français et étrangers, le musée Fabre propose avec la collaboration de l’Institut National d’Histoire de l’Art et de l’Institut National du Patrimoine à Paris, un vaste panorama sur l’un des plus brillants moments de l’art italien.

Internationales de la guitare 2015

Federico Casagrande à st Roch

Le programme du festival est en ligne ici

 

"L’écriture, l’arrangement, la recherche sonore, font de lui un artiste à 360 degrés et un musicien qui sait vraiment comment concevoir une performance, d'une façon à la fois lucide et rêveuse. Un dualisme qui intègre aussi de l'improvisation free et des pièces écrites avec une grande profondeur..." (Moose productions 2013) - Le concert a eu lieu à 11h 15 le samedi 26 septembre dans la cour st Paul, dans l'enceinte de l'église st Roch de Montpellier.

Raphaël Segura "Je suis un artisan"

Raphaël Segura, peintre dans l'Ecusson vient de faire l'objet d'un article dans la revue "Rencontre" des Amis du Musée Fabre.

 

Avec des illustrations de Raphaël Segura et 12 poèmes de Jean Joubert, il vient d'éditer un magnifique objet mais aussi un très bel ouvrage autour de Sète.

 

Télécharger
Raphaël Segura - article 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 3.7 MB

Jean Joubert, prix Kowalski

Le Prix Kowalski, Prix de poésie de la Ville de Lyon, a été attribué  mercredi 10 décembre à Jean Joubert pour son recueil L'Alphabet des ombres paru cette année aux éditions Bruno Doucey. Jean Joubert avait animé une soirée littéraire du Comité de quartier en novembre 2013.

Télécharger
Jean Joubert - Midi Libre - 6 03 2015.pd
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

Exposition jean de Blanchard

Exposition à l'Espace Louis Feuillade de Lunel du 30 avril au 24 mai. Vernissage le mercredi 29 avril. 01 67 87 84 19

 

Jean de Blanchard, nous fait voyager au travers d'une variété de paysages embaumants que reflète spontanément sa production.

 

La senteur des herbes sèches des pentes arides, la fraîcheur des places de village, l'air iodé des ports côtiers, la peinture de «de Blanchard» révèle avec magie l'ambiance exaltante de ses images aux couleurs abondantes; j'appelle cela de la peinture en technicolor.

 

Saint Martin de Londres, Sauve, Grammont, Sète, Palavas ou bien Arles, des lieux infinis, qui resteront à jamais estampillés, livrés à notre mémoire .

L'atmosphère paisible où se diffuse le bon vivre, là aussi, Jean est présent, en compagnie de ses amis, Luce, Yves, Yvonne… .

 

Leurs maisons, leurs mas ou demeures sont sphères d'influences « acryliquées » avec abondance tellement c'est bon.

 

Printemps des Poètes 2015

 

Quatre rues de l’Ecusson dédiées aux poètes d’ici

Le Comité de quartier st Roch-Ecusson participe au printemps des Poètes 2015. En partenariat avec la Maison de la Poésie, l’association des commerçants de la rue de l’Ancien Courrier et des Sœurs Noires et les commerçants des deux autres rues concernées.  

 

Il propose de rebaptiser provisoirement trois rues de l’Ecusson du nom de poètes « d’ici »

 

-    Rue des sœurs Noires – rue Frédéric Jacques Temple, poète Montpelliérain

-    Rue de l’Ancien Courrier – rue Jean Joubert, écrivain et poète

-    Rue saint Guilhem – rue Georges Brassens

 

Il honorera également  Jean  Roucher, poète Montpelliérain, qui possède déjà sa rue 

 

Vingt extraits de poèmes ou de chansons seront affichés dans les vitrines des rues en question.

 

Entre légende et réalité historique - La controverse de Saint Roch

Madame Marie Gaillard, grande spécialiste de l'Ecusson et de son histoire était notre invitée ce 16 mai pour évoquer la vie de ce personnage hors norme. 

 

Sant Ròc occupe une place particulière dans le cœur de chaque Montpelliérain.  Honoré le 16 août, il est le patron des pèlerins et de nombreuses confréries ou corporations : chirurgiens, dermatologues, apothicaires, paveurs de rues, fourreurs, pelletiers, fripiers, cardeurs, et aussi le protecteur des animaux. Son culte, très populaire, s'est répandu dans le monde entier et particulièrement dans notre ville, son lieu de naissance supposé.  Il est présent sur sa place centrale et son église, il donne son nom au Comité de quartier,  à des  restaurants, des magasins et des agences, ainsi qu'à une clinique et à la gare SNCF. Déjà, un nouveau quartier en construction porte son nom. Chacune, chacun croit le connaitre comme une personne proche. Et pourtant ! Est-il vraiment né à Montpellier dans la famille Rog ? A-t'il seulement été canonisé ?Sait-on, par exemple,  que son existence même est controversée

D’autres corps, la même âme – exposition de Jaume Ojea

 

Articulée autour d’une pièce maîtresse, une interprétation personnelle du chef-d'œuvre de Rembrandt "La leçon d'anatomie", cette exposition est composée de 22 encres sur papier. Chacune représente une partie de l’anatomie d’un génie reconnu des Arts et des Lettres affecté d’une maladie grave : le système auditif de Beethoven, les mains de Renoir, la colonne vertébrale de Frida Kahlo, etc. 4 avril au 29 mai – 2 rue de l’école de Médecine - lundi, mercredi, vendredi : 13h30 - 17h30 / entrée libre

Signac à Montpellier - La couleur de l'eau

 Exposition Signac

 

Une Visite guidée de l'exposition Signac (1863 - 1935) a eu lieu le mercredi 16 octobre 2013, mené par madame Marie Gaillard. Le groupe de 25 personnes était au complet et aussi passionné que son guide qui avait prévu  un itinéraire de visite  très parlant, permettant de suivre pas à pas l'évolution du travail de ce peintre d'atmosphère, formé à l'époque impressionniste mais  très célèbre pour son traitement divisionnaire des couleurs qui sublime et fait vibrer les paysages. Parmi les plus beaux tableaux exposés il faut noter les chefs d'oeuvre de st Briac et de st Cast et la fameuse "bouée rouge". De nombreuses aquarelles sont aussi présentes car le peintre excellait en la matière. A la fin du siècle, le style de Signac annoncera déjà la période des "fauves".

 

Très grand amateur de voile (il posséda 33 navires dont le fameux yatch Olympia). "Il aimait la mer démontée et le vent rageur" dit son ami F Jourdain. Son approche des paysages  est le plus souvent celle d'un marin. Il travaillait, la plupart du temps, du pont de son bateau avant de reprendre, plus tard, ses oeuvres dans son  atelier. Même lorsqu'il peint des scènes de port ou de travail, les personnages sont souvent absents de la toile où le paysage domine. Il sera nommé Peintre officiel de la marine en 1915. Pour cet artiste, le travail de la couleur l'emporte toujours sur la forme même si celle-ci est très élaborée. " Le rythme dégradé, le contraste : nous partons, nous, de la lumière" écrivait-il. La découverte du Sud est pour lui un choc émotionnel et artistique qui modifie alors sa vision. Il aura l'habitude de dire que la couleur est pour le Nord tandis que la lumière est pour le Sud.